« J’ai pris la décision de ne pas facturer de redevances en mars »

Confrontée à la crise sanitaire du coronavirus qui touche la France depuis plusieurs semaines, l’enseigne Nachos a pris des mesures exceptionnelles pour soutenir ses franchisés et les accompagner dans la gestion de cette situation inédite. Benoît Leroy, fondateur et dirigeant de l’enseigne de restauration rapide d’inspiration mexicaine, revient aujourd’hui sur les démarches entrepris par le réseau pour faire face au covid-19.

De l’inquiétude à l’action…

Comme de nombreux dirigeants de réseau en France, Benoît Leroy était extrêmement inquiet à l’idée de cesser toute activité durant la période du confinement décrété par le gouvernement. A la tête d’un jeune réseau dont plus de la moitié des restaurants ont ouvert en 2019, Benoît Leroy décide tout de même de réagir très rapidement en appelant dès le 13 mars, chaque franchisé : « je voulais avoir le ressenti et le point de vue de chacun d’entre eux et leur partager le mien », explique le fondateur de l’enseigne qui avait aussi dressé une liste des priorités : «  en tout premier lieu, il fallait que l’on sache si nos demandes de chômage partiel allaient être validées. En attendant le retour des autorisations, il nous fallait garder les restaurants ouverts à la livraison et à la vente à emporter, là où il était possible de les maintenir. Mais les chutes conséquentes de chiffre d’affaires et les annonces angoissantes du gouvernement, nous ont finalement contraint à fermer. C’est d’ailleurs ce qu’ont fait les grandes enseignes de la restauration rapide. Pendant ce temps, nous étions à l’affût de la moindre information, pour accompagner le réseau. »

“Nous avons mis à disposition un outil leur permettant de réaliser leur plan de trésorerie afin d’avoir une vision extrêmement claire”


Dans les jours qui ont suivi, Benoît Leroy a travaillé avec l’ensemble de l’équipe sur un plan d’actions. Au niveau communication et marketing, pour conserver le lien avec les clients, le réseau a décidé de mettre en scène les franchisés, les responsables de restaurants et l’équipe de la tête de réseau à travers diverses opérations au cours desquelles certaines recettes sont dévoilées sur les réseaux sociaux avec le hashtag #nachosàlamaison. Divers plans ont aussi été mis en place pour sensibiliser les franchisés aux problèmes de trésorerie auxquels ils seraient susceptibles d’être confrontés : « nous avons mis à disposition un outil leur permettant de réaliser leur plan de trésorerie afin d’avoir une vision extrêmement claire. En découle les démarches à effectuer : report de crédit, de cotisations, de loyers (on parle aujourd’hui d’annulation des loyers, mais rien n’est moins sûr), de factures… Et nous sommes bien sûr en contact téléphonique permanent »confie le fondateur, avant de poursuivre : « nous encourageons également chacun d’entre eux, à faire réaliser, avec des hypothèses qu’il est encore très compliqué d’émettre, un nouveau prévisionnel par l’expert-comptable pour l’atterrissage 2020 et 2021 afin de solliciter un Prêt Garanti par l’État si besoin. Nous avons tenu compte de la situation pour les adapter. Et enfin, que faire de plus pour aider le réseau ? J’ai pris la décision de ne pas facturer de redevances sur le chiffre d’affaires réalisé sur le mois de mars. Je veux que chacun d’entre eux se sente soutenu et que nous en ressortions, tous ensemble, et d’autant plus forts. » 

Freiné dans sa dynamique de développement, Benoît Leroy se dit prêt à relancer la machine une fois la crise passée : «  le confinement a tout mis sur pause. Mais nous sommes prêts et sitôt que ce sera possible nous reprendrons avec encore plus d’engagement. En ce qui concerne les futurs candidats, je pense que cette crise va naturellement faire une sélection. Resteront les plus solides dans leur décision. Quand on construit un projet, il y a toujours un peu d’optimisme. Il faudra raison garder. C’est plus facile de démarrer dans une période difficile. On se structure « à l’économie ».