“adaptabilité et agilité seront nos maîtres-mots”

Nachos vient de prendre la décision de rouvrir, à partir de ce week-end, certains restaurants au prix de mesures de sécurité strictes. Pour cette quotidienne de “La Parole à…”, nous accueillons Benoît Leroy fondateur de cette enseigne d’inspiration mexicaine qui compte 10 adresses dont 6 ouvertes en 2019. Il nous livre sa perception de la crise Covid-19 et ses plans de reprise.

Qui est Nachos et quels étaient vos projets avant crise ? 

Nachos est une enseigne de restauration rapide d’inspiration mexicaine basée sur le manger sain. C’est un concept Fast Casual créé à Rouen en 2013, nous proposons 3 plats, fajita (ou burrito), tacos et bowl, composés à la demande et sous les yeux du client. Nachos est un jeune réseau comptant 10 restaurants à fin 2019 (dont 6 ouverts dans l’année) générant un chiffre d’affaire de 4,9 M€.  3 restaurants sont en succursales et 7 en franchise. Nous avions pour objectif 2020 l’ouverture de 6 restaurants dont 3 en propre. Le 16 mars nous devions débuter les travaux sur notre prochaine implantation à Caen. Notre nouveau flagship. De fait ils n’ont pu commencer. Cela va reculer d’autant notre ouverture. Nous avons un emplacement de très bonne qualité, et nous sommes confiants. D’autres projets étaient bien avancés avec des demandes de financement en cours, d’autorisation de travaux et de plans de réalisation. Le confinement a tout mis sur pause. Mais nous sommes prêts et sitôt que ce sera possible nous reprendrons avec encore plus d’engagement. En ce qui concerne les futurs candidats à la franchise je pense que cette crise va naturellement faire une sélection. Resteront les plus solides dans leur décision. Quand on construit un projet, il y a toujours un peu d’optimisme. Il faudra raison garder. C’est plus facile de démarrer dans une période difficile. On se structure « à l’économie ». 

Comment avez-vous réagi aux annonces de nos gouvernants et quelles ont été les mesures prises ? 

Je dois avouer (mais je ne suis certainement pas le seul) que lorsque s’approchait l’idée du confinement j’étais extrêmement inquiet, pour ne pas dire plus. Mon réseau est jeune, plus de la moitié des restaurants a ouvert en 2019. Mais après ce très bref moment d’inquiétude devant une situation complètement inédite il a fallu agir. Et vite ! Il n’était pas question de céder à la panique. Nous avons donc envisagé toutes les hypothèses possibles à ce moment-là. Dès le 13 mars, j’ai appelé un par un chacun de nos franchisés. Nous avons certes un « petit » réseau mais il en aurait été de même si nous en avions 100. Je voulais avoir le ressenti et le point de vue de chacun d’entre eux et leur partager le mien.  En tout premier lieu, il fallait que l’on sache si nos demandes de chômage partiel allaient être validées. En attendant le retour des autorisations, il nous fallait garder les restaurants ouverts à la livraison et à la vente à emporter, là où il était possible de les maintenir. Mais les chutes conséquentes de CA et les annonces angoissantes du gouvernement, nous ont finalement contraints à fermer. C’est d’ailleurs ce qu’ont fait les grandes enseignes de la restauration rapide. Pendant ce temps, nous étions à l’affût de la moindre information, pour accompagner le réseau. » 

Dans les jours qui ont suivi, j’ai travaillé avec l’ensemble de l’équipe sur un plan d’actions. Au niveau communication et marketing pour conserver le lien avec nos clients (parce qu’il ne faut pas oublier que la reprise ne se fera pas sans eux) à travers diverses opérations où nous mettons en scène les franchisés, les responsables de restaurants et l’équipe de la tête de réseau. Nous allons dévoiler nos recettes dans les jours à venir à travers l’opération #nachosàlamaison. D’un point de vue opérationnel, il était important que les franchisés soient sensibilisés aux problèmes de trésorerie auxquels ils seraient susceptibles d’être confrontés. Ceci durant la période de confinement et jusqu’en septembre (à court et moyen terme). Nous avons mis à disposition un outil leur permettant de réaliser leur plan de trésorerie afin d’avoir une vision extrêmement claire. En découlent les démarches à effectuer : report de crédit, de cotisations, de loyers (on parle aujourd’hui d’annulation des loyers, mais rien n’est moins sûr), de factures… Et nous sommes bien sûr en contact téléphonique permanent. Nous encourageons également chacun d’entre eux, à faire réaliser, avec des hypothèses qu’il est encore très compliqué d’émettre, un nouveau prévisionnel par l’expert-comptable pour l’atterrissage 2020 et 2021 afin de solliciter un Prêt Garanti par l’État si besoin.

En ce qui concerne le développement nous étions en train de travailler sur nos outils et sur notre stratégie. Nous avons tenu compte de la situation pour les adapter. Et enfin, que faire de plus pour aider le réseau ? J’ai pris la décision de ne pas facturer de redevances sur le chiffre d’affaires réalisé sur le mois de mars. Je veux que chacun d’entre eux se sentent soutenus et que nous en ressortions, tous ensemble, et d’autant plus forts.  

La restauration rapide rouvre peu à peu, quand pensez-vous reprendre du service dans vos restaurants ou du moins sur des établissements tests ? 

Nous avons prévu de réouvrir 3 établissements tests en livraison dès ce week-end et jusqu’à mercredi. Il s’agit d’Angers, Lille et Rouen. C’est par anticipation, et sans connaître la décision du gouvernement, que toute l’équipe a travaillé sur de nouveaux outils et adapté la stratégie. Afin de garantir la sécurité de nos collaborateurs et de nos clients, nous avons mis en place à la disposition de l’ensemble du réseau de nouveaux protocoles et notamment un document interne d’une vingtaine de pages garantissant les bons gestes et les bonnes pratiques. Parmi les mesures prises, nous prévoyons un effectif réduit, un contrôle de température des salariés dès leur arrivée, la venue des salariés en horaire décalé afin d’éviter la proximité (notamment dans les vestiaires), la distance de sécurité à respecter entre chaque collaborateur avec marquage au sol, l’augmentation des fréquences de nettoyage ou encore un sas de sécurité à l’entrée du restaurant. Nous avons également revu les protocoles existants afin de permettre la bonne application des mesures prises. Si le test s’avère concluant, nous étudierons l’extension à l’ensemble du réseau. 

Comment voyez-vous l’après-crise ? 

Tout dépend de quelle reprise l’on parle. Si l’on parle du déconfinement progressif évoqué par le premier Ministre cela se fera très certainement lentement, nous imaginons donc plusieurs phases de reprises. La première uniquement en livraison et click & collect. Nos clients ont l’habitude d’utiliser cette fonction sur notre site internet. Par ailleurs, nous avons complétement adapté notre plan marketing, tout en conservant nos codes et notre originalité habituelle. Cela se traduit, dans la continuité de ce qui a été fait sur les réseaux sociaux à travers le #Nachosàlamaison. Mais également par la mise en place de nouvelles recettes sur les plateformes de commande en ligne. Ceci permettant d’élargir nos plages horaires d’activité. Nous travaillons également avec une start-up afin d’apporter une expérience unique à nos clients et garder un lien avec eux cela même en livraison ! Concernant le déconfinement total, personne ne connait le scenario de sortie.  En tout état de cause nous réfléchissons à toutes les possibilités et élaborons, là aussi, des plans. Ceci afin de nous tenir prêts et à l’écoute du marché et des consommateurs. Ce qui est sûr, c’est que l’impact sera très fort sur certains secteurs d’activité, notamment le tourisme qui souffrira très nettement. Concernant le secteur de la restauration, je veux tout de même rester optimiste et croire à une vraie dynamique de reprise. Nous aurons toujours besoin de nous restaurer, de partager de bons moments, de se faire plaisir et d’autant plus après avoir été confinés si longtemps. Les consommateurs se tourneront assurément vers des concepts Fast Casual et du made in France. Imaginez-vous, demain, sur une terrasse ensoleillée, avec un jus de fruits frais ou une Margarita, tout en dégustant des nachos avec du guacamole fait-maison ? Moi je n’attends que ça ! Adaptabilité et agilité seront donc nos maîtres-mots.